16 ÉTATS SE DRESSENT CONTRE DONALD TRUMP

C’est avec beaucoup d’aplomb, que la Californie ainsi que 15 autres États américains ont décidé de s’allier contre le président des États-Unis, Donald Trump, ce lundi 18 février à San Francisco.
 

RETOUR SUR LES ÉLÉMENTS DÉCLENCHEURS : LE MUR À LA FRONTIÈRE MEXICAINE, LA POLITIQUE D’IMMIGRATION ET LA DÉCLARATION D’URGENCE

C’était une de ses promesses électorales, qui a fait de lui le 45e président des USA : la construction d’un mur à la frontière mexicaine pour lutter contre les flux migratoires et fixer des quotas aux États-Unis d’Amérique.

Il s’agirait d’un mur de plus de 2 000 kilomètres carrés empêchant ainsi les immigrants de passer la frontière et de s’installer illégalement aux États-Unis. Depuis son élection, en novembre 2016, Donald Trump ne cesse de tomber sur des obstacles comme le financement du mur, qui représente 5,7 milliards de dollars.

Mais Trump n’a pas baissé les bras et sentant le vent tourner, il a profité de son titre de président pour mettre en place un état d’urgence afin de s’affranchir du Congrès américain et de récolter des fonds sans son accord.
 

IMMIGRATION USA : QUEL EST LE BILAN ACTUEL ?

Les États-Unis ont historiquement toujours été une terre d’accueil. Mais même si elle reste une des destinations convoitées par les migrants, le quota de réfugiés à accueillir sur le sol américain en 2009 va encore baisser à 30 000 (rappelons que le chiffre de 2016 était de 85 000).

Immigrer aux USA légalement est assez compliqué, car pour devenir résident permanent, il est nécessaire de bénéficier de l’obtention d’une green card, ou carte verte en français.

Mais, pour pouvoir immigrer et obtenir une résidence permanente, il faut satisfaire certaines conditions telles qu’avoir un très bon niveau d’anglais ou bien travailler aux USA. Réaliser une demande de visa américain se trouve être compliqué pour une grande partie de ces ressortissants étrangers.
 

QUE S’EST-IL PASSÉ CONCRÈTEMENT EN CE 18 FÉVRIER ?

Les États (Californie, Colorado, Connecticut, Delaware, Hawaï, Illinois, Maine, Maryland, Michigan, Minnesota, Nevada, New Jersey, New-York, Nouveau-Mexique, Oregon et Virginie) s’opposant à Donald Trump, ont déposé une procédure judiciaire contre la décision de ce dernier de prononcer l’État d’urgence nationale dans le but de construire le mur à la frontière mexicaine et ainsi de lutter contre l’immigration clandestine et les personnes en situation irrégulière.

Le président des États-Unis est accusé de plonger le pays dans une crise constitutionnelle en exagérant le caractère d’urgence concernant l’immigration, qui selon les plaignants, n’a jamais été aussi basse, depuis 45 ans, sur le territoire américain.

Il est également accusé de ne pas avoir mesuré l’impact environnemental qu’engendrerait ce mur en Californie et au Nouveau-Mexique. En outre, le mur menacerait les espèces animales en voie de disparition, car la fabrication d’une route, l’installation d’éclairage et de bases d’opération détruiraient l’habitat naturel de ces espèces.

Toujours selon les plaignants, des fonds consacrés à des infrastructures militaires seraient détournés illégalement par le président pour la construction du mur à la frontière mexicaine qui s’autorise à contourner le Congrès.

Des faits qui portent préjudice à l’actuel président américain qui perd de plus en plus de partisans. En effet, depuis le début de son mandat, Donald Trump n’a pas respecté les engagements qui ont fait de lui l’homme le plus puissant des États-Unis d’Amérique. La prochaine présidentielle, prévue en 2020, s’annonce tumultueuse pour l’actuel président des USA.