DÉCRET ANTI-IMMIGRATION : « MUSLIM BAN » FINALEMENT MIS EN PLACE

La Cour suprême a validé le très controversé décret du président Trump.
 

En dépit de la suspension prononcée par un juge d’Hawaii le 17 octobre dernier, le contesté décret anti-immigration a été validé par la Cour suprême américaine.  Malgré après avoir estimé que le décret et ses motivations n’expliquent pas en quoi l’entrée des quelques 150 millions de personnes vivant dans les pays visés (majoritairement musulmans) représentait un danger pour le pays d’après ce juge, la Cour suprême a décidé de lever la suspension en attendant que la justice d’appel rende son verdict définitif sur la procédure.

Rappelons que l’interdiction vise les six pays suivants : Tchad, Iran, Libye, Syrie, Yémen et Somalie. Les ressortissants de ces pays ne peuvent plus accéder au territoire américain au travers d’une demande de visa. Cette remise en vigueur est une victoire pour Donald Trump et son équipe. Ce décret, dont la première version remonte à l’entrée à la Maison Blanche du président alors fraîchement élu au début de l’année, a connu de nombreuses réécritures ainsi que de nombreuses critiques. Mais les opposants ne comptent pas en rester là, à l’image d’Omar Jadwat, un des responsables de l’Association de défense des droits civiques ACLU qui dénonce des « préjugés anti-musulmans du président Trump qui ne sont pas un secret » et appelle les opposants à rester mobilisés.

(Publié le 11 décembre 2017)